Aller au contenu Aller à la navigation

Publié le 24/01/2011

Marie-France Garaude-Pasty- Rennes-le-Château, terre de manifestations paranormales ?

Marie-France Garaude-Pasty- Rennes-le-Château, terre de manifestations paranormales ?

Marie-France Garaude-Pasty, journaliste, conférencière et auteur et Alain Pasty, professeur agrégé et écrivain, ont vécu à Rennes-le-Château (près de Bugarach), en pays cathare, une série d’expériences fantastiques, les 26 et 27 août 2009. 

En vingt-quatre heures, le couple, qui ne s’est jamais intéressé aux Ovnis ou plus généralement, au paranormal, s’est retrouvé en face d’une étrange entité de lumière, puis a vu trois soucoupes volantes.

Marie-France, journaliste - qui a l’habitude de questionner et d’analyser, pour mieux comprendre - a ensuite reçu en pleine nuit, quatre messages « télépathiques » dont l’un l’invitait à retenir la date du 27 février 2010, jour annonçant un (des) cataclysme(s) pour les terriens…

Révélations qui prend malheureusement forme le 27 février 2010 avec la tempête Xynthia et le terrible tremblement de terre du Chili… Et la liste ne s’arrête pas là ! Vision d’une centaine de sphères lumineuses apparaissant dans le feuillage d’un arbre, impression de palpation et d’examens physiques sur le corps d’Alain Pasty… Ces événements, qui pourraient nourrir un bon scénario de film de science-fiction, ne sont pas inventés, et ils ouvrent la porte à une kyrielle d’interrogations sur notre propre réalité.

Marie-France et Alain, ont mis en mots leur drôle d’aventure, dans le livre ''Une déchirure dans l’Espace-Temps''. L’occasion, pour ces amoureux de l’écriture, de relater des faits avec la plus grande objectivité et d’ouvrir le débat : plusieurs plans de conscience existeraient-ils ? Le 26 août 2009 les a poussés à appréhender les événements dits paranormaux avec un autre regard…

Le couple, qui exècre l’enfermement intellectuel et les idées préconçues, se refuse pourtant à parler avec le vocabulaire des ufologues : exit les termes d’extraterrestres, d’ovnis, d’élus…. À l’heure où les récits de ce genre abondent, notamment au cœur de cette terre secrète et mythique de Rennes-le-Château, Marie-France et Alain évoluent à contre-courant en n’offrant aucune interprétation facile ni légère de leur tranche de vie. Guidés par la philosophie bouddhiste depuis plus de vingt ans, ils restent de ce fait humbles – et libres - face aux grands mystères de la vie.

Vous ne vous êtes jamais vraiment intéressés à l’ufologie et les 26 et 27 août 2009, vous avez vécu une multitude d’expériences que nous pouvons considérer du « troisième type ». Pouvez-vous nous raconter ces manifestations très particulières ?

Marie-France Garaude-Pasty : Tout d’abord, nous précisons que nous n’avons jamais lu de livre sur les rencontres dites du 3ème Type, nous ne nous sommes jamais lancés dans une réflexion sur le paranormal. Nous n’avions aucune sensibilité pour cela. Ces sujets nous faisaient plutôt sourire, pour être honnêtes…Ceci pour dire que nous n’étions pas du tout préparés à ce qui allait arriver…

Pour en revenir aux faits, nous étions, mon mari et moi, en vacances dans l’Aude, à Rennes-les Bains, tout près donc de Rennes-le-Château. C’était le mois d’août, nous sortions d’un restaurant – nous n’avions pas bu d’alcool, je précise (sourires) - et alors qu’il faisait encore très doux, nous avons entrepris une petite promenade.

Il était 22h30, et soudain, sur la petite route qui descend de Rennes-le-Château, nous nous retrouvons face à un « être de lumière », qui n’avait pas de densité et qui avait une forme humanoïde. Quelques minutes plus tard, nous avons observé trois objets volants, grands, de forme elliptique, avec une couleur orangée. Ils se déplaçaient très lentement puis ils ont disparu à toute vitesse ! J’ai eu peur, mon mari était beaucoup plus serein alors que tous deux, nous sommes très cartésiens dans la vie.

Durant la nuit, où mon mari et moi avons beaucoup parlé, tout de même sonnés par les événements, je suis sortie de mon corps et j’ai reçu quatre messages télépathiques. L’un des messages annonçait des cataclysmes pour le 27 février 2010, soit exactement six mois plus tard… Le lendemain soir, c’est Alain qui a ressenti le plus de phénomènes. Il a eu le réel sentiment d’être touché, palpé, examiné alors qu’il était éveillé.

Nous sommes des personnes qui aimons analyser, scruter les événements de la vie. Nous pratiquons le bouddhisme depuis plus de vingt ans, et pour nous, il est naturel de ne pas nous laisser envahir par les émotions. Nous savons ce que sont les fabrications mentales : ces évènements n’en étaient pas ! Nous sommes malgré tout restés assez tranquilles avec ces expériences. Quelques jours plus tard, il nous restait le côté « sympathique » des événements. Cela n’allait pas plus loin.

Extrait - Messages reçus par Marie-France Garaude-Pasty : '' Nous sommes des êtres de lumière. Nous nous mettons en danger en rentrant en contact avec vous. 27 février 2010 : cataclysme(s). Vous aurez à vous occuper de beaucoup de monde.''

Quels ont été les effets de ces événements dans votre vie de tous les jours ?

Marie-France Garaude-Pasty : Nous avons parlé tout de suite de notre aventure aux personnes qui nous entouraient, et leurs regards en disaient longs… (rires). Physiquement et psychologiquement, après ces 24 heures où le temps s’est comme arrêté, nous avons ressenti l’un et l’autre beaucoup plus d’énergie en nous et cela est d’ailleurs resté sur le long terme.

Depuis cette « déchirure dans l’espace-temps », il nous arrive des incidents bizarres, que nous ne contrôlons pas. Nous en parlerons sans doute dans quelques années.

Intellectuellement et moralement, nous nous sommes plongés dans une réflexion pragmatique. Nous aimons dire « il faut raison garder », nous avons donc pris beaucoup de recul, et nous avons étudié les événements sous toutes leurs facettes. Cependant, nous qui n’avions pas d’intérêt pour le paranormal, nous avons pris conscience qu’il y avait peut-être d’autres niveaux de conscience, que nous avions sans doute eu accès à un autre temps qui semble tout contenir.

Vous savez, quand le 27 février 2010, j’ai vu à la télévision, ce tremblement de terre qui a frappé le Chili, puis en France, la tempête Xynthia qui a apporté son lot de malheurs, je suis restée abasourdie. Le message que j’avais reçu six mois plus tôt, s’était réalisé, mais que pouvais-je faire avec celui-ci ? À quoi me servait-il finalement ? J’étais triste et désemparée.

En tant qu’êtres humains, nous sommes limités et il y a sans doute des plans plus élevés que le nôtre. Cela nous a confortés sur notre chemin spirituel. Nous sommes encore plus attentifs, et du coup, nous voyons plus de choses… Nous avons rapidement voulu écrire notre aventure, pour l’analyser et lancer des pistes de réflexion, tout en ne nous laissant pas envahir par l’émotion qui a l’art de déformer la réalité.

Alain Pasty et Marie-France Garaude-Pasty, auteur du livre ''Une déchirure dans l'Espace-Temps'' aux éditions Le Temps Présent - Collection Enigma

Vous avez écrit le livre ''Une déchirure dans l’Espace Temps'', afin de témoigner de votre vécu. Comment votre message a t-il été entendu?

Marie-France Garaude-Pasty : En raison de notre philosophie, nous sommes peu sensibles au regard d’autrui. Donc, nous n’avions pas peur de la moquerie et du dénigrement.

Le support de notre témoignage – un livre - était évident, puisque l’un et l’autre écrivons, cela fait partie de nos carrières respectives. Quant à savoir, si oui ou non, il fallait parler de notre expérience, nous n’avions aucune raison d’en faire mystère. De nombreuses personnes ont expérimenté ce genre de phénomènes.

Nous avons toujours été des gens ouverts, à l’écoute, dans le partage et la solidarité. Certaines réactions, teintées d’agressivité et de jalousie, nous ont quelque peu surpris, c’est vrai.

Sommes-nous encore naïfs ? Souvent, des personnes qui ont lu notre livre, auraient aimé que nous allions plus loin, et elles se sont lancées dans des extrapolations du genre, « ce sont des extraterrestres », « vous êtes des élus »….mais, nous refusons toutes ces interprétations pour une simple raison : à aucun moment nous n’avons eu le sentiment que ce soit vraiment cela.

Nous ne voulons pas emprunter ce chemin qui invite à la confusion. Nous sommes là, avec ce qui s’est passé. Nous avons vécu des expériences hors du commun. C’est vrai. Mais cela s’arrête là en quelque sorte. Nous ne nous torturons pas l’esprit avec des suppositions qui ne seraient que le fruit des projections de notre esprit.

Votre mari a eu une manière différente de la vôtre, de vivre et de ressentir ces expériences extraordinaires. Pourquoi selon vous ?

Marie-France Garaude-Pasty : Dans la vie, nous percevons avec nos cinq sens. Nous pouvons considérer que chacun observe et ressent différemment de son voisin. Ensuite, interviennent notre hérédité, notre culture, la manière dont nous avons été conditionnés par la société…. Donc oui, la réalité est différente pour chacun d’entre nous. Dans ce sens, chacun est créateur de sa réalité.

Les 26 et 27 août, Alain et moi n’avons pas vu, n’avons pas ressenti tout à fait les mêmes choses. J’ai reçu des messages télépathiques, lui non. Il a eu le sentiment d’être examiné dans son corps et moi non.

Dans le livre, nous expliquons nos parcours différents, nous dévoilons nos personnalités. Finalement, la manière dont nous avons vécu ce 26 août, chacun à notre façon, nous renvoie d’une certaine manière à notre histoire, à notre passé : pour ma part, à mes flashs, à ces intuitions que j’ai pu étouffer tout au long de ma vie et pour mon mari, à sa rigueur d’universitaire, à ses accidents de vie dont il est sorti miraculeusement (accident de voiture, crise cardiaque avec NDE…). Oui, tout ceci peut s’expliquer mais encore une fois, nous ne tenons pas ces indices pour des vérités.

Vous êtes engagés depuis longtemps dans l’aide humanitaire, par le biais de votre association Tsowa. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Marie-France Garaude-Pasty : Il y a une vingtaine d’années, nous avons découvert le bouddhisme tibétain. Le bouddhisme est devenu en quelque sorte, le fil conducteur de notre vie, même si nous avons conservé une vie ordinaire.

Nous avons côtoyé la communauté tibétaine en exil et nous avons multiplié les actions afin de lui venir en aide. Nous proposons des conférences, nous vendons de l’artisanat tibétain sur les marchés (c’est en participant au marché de Rennes-le-Château que nous avons connu cet endroit), et nous essayons de réunir des fonds afin d’aider ces populations à avancer, à se former.

En ce moment, nous participons entre autres, au financement des études d’infirmière de trois jeunes tibétaines. Et dans quelques jours, je vais partir avec une mission médicale humanitaire constituée d’une quinzaine de médecins et de soignants, dans les camps de réfugiés tibétains en Orissa, dans l’Est de l’Inde.

Nous apportons notre pierre à l’édifice, nous sommes réactifs quand un besoin urgent se manifeste, mais il est difficile de mobiliser les gens, qui connaissent d’autres préoccupations en France. Nous avons beaucoup à faire, et nous, qui étions dans l’ouverture aux autres, sommes encore plus sensibles au monde qui nous entoure !

Marie-France Garaude-Pasty et Alain Pasty auteur du livre ''Une déchirure dans l'Espace-Temps'' aux éditions Le Temps Présent - Collection Enigma.

Interviews et reportages sur besoindesavoir.com

Crédits photos ©Marie-France Garaude-Pasty & Alain Pasty. Le temps Présent

Ajouter un commentaire

Veuillez vous identifier pour commenter cet article (M'inscrire):


En publiant ce message, vous vous engagez à respecter la charte du forum besoindesavoir.com dont vous reconnaissez avoir pris connaissance. Le modérateur se réserve le droit de supprimer tout sujet ou message non conforme à la charte de publication du forum. Merci pour votre contribution !