Aller au contenu Aller à la navigation

Publié le 28/02/2012

Carole Thizon : « La voyance ne doit pas être entourée de mystères »

Carole Thizon : « La voyance ne doit pas être entourée de mystères »

Carole Thizon est voyante à Biarritz. 

Cette jeune femme, qui lit les partitions de la destinée, est depuis le début de l’année, dans la lumière.

Les médias  sont, en effet, de plus en plus nombreux à s’intéresser à ses extraordinaires facultés : elle a été tour à tour invitée à s'exprimer dans « C’à vous » sur TV5, « Le Grand Journal » sur Canal +, « 24 h People » sur Direct 8… Carole Thizon apprécie cette reconnaissance.  Portrait d’une voyante qui ne laisse pas indifférent.

La voyance est, pour vous, une histoire de famille. Comment avez-vous grandi avec cette particularité ?

Carole Thizon : Petite, j’ai toujours vu ma mère donner des consultations de voyance. Elle était très forte, mais elle n’en faisait pas son métier. Elle offrait ses services à ceux qui en avaient besoin.

Dans l’immeuble où nous habitions, il y avait des files de personnes qui attendaient pour venir la voir !Puis ma mère a eu un problème de santé et elle a tout arrêté.

Sa faculté de prédire s’est mise en sommeil.

Une évidence dès l’enfance

Petite fille, je voyais, je « savais ». Quand je rencontrais des gens, je « lisais » en eux.

Par exemple, un jour, j’ai croisé un monsieur, et j’ai dit à ma mère : « Maman, il faut qu’il aille voir un docteur, il est malade des poumons ». En effet, il était atteint d’un cancer. Quand nous sommes enfant, les adultes ne nous entendent pas toujours. C’est dommage.

Plus je grandissais, plus je « voyais ». Évidemment, je n’avais aucun pare-feu, aucune barrière. Je prenais toutes les émotions liées aux événements à venir.

Quand ces derniers étaient positifs, tout allait bien. Mais si je voyais se dérouler des scènes négatives, alors j’en étais malade. Des frissons, des nausées, un profond mal-être m’envahissaient.

À l’âge de 12 ans, j’ai commencé à beaucoup lire sur ce sujet de la médiumnité. Je me suis initiée à la méditation et je me suis formée à l’Oracle de Belline. J’ai ainsi pu canaliser mes ressentis.

Durant l’adolescence, il n’a pas été facile de vivre avec cette identité particulière : J’ai été ridiculisée, je faisais peur. On me surnommait « la sorcière »

Au fil des années, j’ai pris du recul. J’ai cerné ceux qui venaient vers moi par intérêt, ceux qui se moquaient de moi, et les autres. Mes vrais amis ne m’ont rien jamais rien demandé. Quand je les vois dans le doute, je leur propose mes services, mais c’est tout.

Quand vous êtes-vous installée en tant que professionnelle ?

Carole Thizon : J’ai toujours pratiqué. Au début, c’était en dilettante. J’ai eu dans le passé, plusieurs métiers dans le milieu artistique. Mais j’ai compris qu’ils ne me correspondaient pas véritablement.

J’ai décidé de m’installer comme médium, il y a une dizaine d’années. C’était mon chemin.

Je souligne qu’en parallèle, je suis auteure de livres pour enfants. C’est un travail qui me détend, qui m’illumine. Il m’apporte de la légèreté et je peux ainsi renouer avec l’innocence de l’enfance. 

Le dernier projet sur lequel j’ai travaillé - un conte philosophique - m’a permis de prendre un vrai bain de jouvence. Il devrait être publié cette année.

Carole Thizon en consultation 

Carole Thizon : Je débute la consultation par un thème numérologique assez rapide. Je calcule le chiffre qui va donner le climat de l’année.

Puis je fais un tirage avec l’Oracle de Belline. Avec le tirage, les flashs viennent. C’est une voix qui m’arrive toujours dans l’oreille droite. Certains parlent de guide. Pour ma part, je préfère dire qu’il s’agit d’instinct. Tout le monde possède, à mon sens, cette faculté. Après, il faut avoir la chance de rencontrer des personnes qui vous poussent à la développer. Il faut aussi en avoir envie !

Une consultation dure entre une heure trente et deux heures. Je consulte chez moi, à Biarritz. Je reçois les consultants dans mon salon, comme je le fais avec mes amis. Il n’y a aucun artifice chez moi. La voyance ne doit pas être entourée de mystères.

Certains sont doués pour jouer d'un instrument de musique, d’autres pour chanter… Pour ma part, j’ai cette facilité de lire l’avenir, et de mettre en lumière les chemins de vie de chacun.

Je donne aussi mes consultations  par téléphone. Les ressentis sont de même qualité. J’aime prendre mon temps avec mes consultants, c’est pourquoi je limite le nombre de mes consultations.

L’Oracle de Belline est extrêmement important pour vous. Parlez-nous de ce compagnon de route…

Carole Thizon : Ma mère utilisait cet oracle tous les jours. Autant vous dire que je me suis initié très tôt à ce jeu qui ouvre le champ des possibles. Il est aujourd’hui mon meilleur allié.

Avant de travailler avec l’Oracle de Belline, j’estime qu’il faut suivre un enseignement en numérologie et en astrologie. Ce jeu divinatoire  conjugue en effet  l’astrologie, la numérologie et la voyance. Quand on a la connaissance de ces différents savoirs, on peut prétendre savoir lire le Belline.

Le Belline est une « pierre brute ». On la taille selon sa propre compréhension, son évolution, et ses différentes expériences. L’oracle doit être lu comme un conte.

Lorsque je réalise un tirage sur un prénom, je le lis comme si c’était un livre ouvert. Le Belline est complexe. L’étude de cet Oracle n’est jamais terminée. Elle dure toute sa vie.

Je suis formatrice en Oracle de Belline. Je propose des stages en petits comités (6 personnes) une fois par semaine, ou tous les quinze jours. Certains stagiaires sont novices, d’autres cherchent à se perfectionner. L’Oracle de Belline est une merveille qui apporte tant à chacun d’entre nous. Je ne m’en sépare jamais.

Vous êtes de plus en plus médiatisée. Comment vivez-vous cette exposition ?

Carole Thizon : J’ai une amie d'une profonde humilité qui est attachée de presse. Elle m’a conseillé il y a quelques années, d’être médiatisée.

Au départ, je l’avoue, j’ai pris cela  comme un jeu…(sourires). C’était un peu comme un rêve de petite fille ! Mais très vite, j’ai pris mes interventions au sérieux.  Car à chaque fois, c’est l’occasion de montrer une autre image de la médiumnité.

Je suis médium et je suis une personne comme tout le monde. Je déteste le côté spectacle qui peut parfois entourer ce métier. Nous sommes tous médiums. Les gens vont être de plus en plus nombreux à développer leur propre instinct dans les années à venir.

J’ai donc été dans l’émission « C à vous » sur France 5, dans « le Grand Journal » sur Canal +, en février, dans « 24 h People » sur direct 8, sur la radio NRJ, chez Cauet.. Je donne mes prédictions, je parle de mon parcours, j’invite les gens à envisager la vie autrement. Ce sont de belles expériences humaines.

J’ai l’impression de transmettre quelque chose au plus grand nombre. Ces dernières années, j’ai également vécu de belles rencontres. Je pense notamment à Claude Alexis, medium de talent et de cœur, avec qui je vais prochainement travailler sur un projet. Oui, la médiumnité m’offre de grandes joies au quotidien.

Vous vous êtes intéressée aux savoirs ancestraux et notamment à la culture maya. Qu’avez-vous appris de cet héritage spirituel ?

Carole Thizon : Je me suis beaucoup documentée sur l’histoire maya depuis l’an 2000J’ai notamment lu le livre : « Calendrier maya, la transformation de la conscience », de Carl Johan Calleman, en 2003. Ce livre m’a intriguée.

En 2010, j’ai relu cet ouvrage. C’était sidérant ! Tout ce que Carl Johan Calleman avait déchiffré, se produisait dans le monde. J’ai alors approfondi le sujet.

Le calendrier Maya nous parle de cycles d’évolution pour l’humanité. Il existerait 9 niveaux de conscience. Nous sommes ainsi appelés à vivre une profonde transformation intérieure.

Depuis le 28 octobre 2011, nous sommes arrivés à une sorte de paroxysme dans notre cycle d’évolution. Nous le voyons au quotidien : le matérialisme est poussé à l’extrême, la finance a pris le pouvoir, la nature a des réactions de plus en plus violentes…

Nous avons fait travailler l’hémisphère gauche de notre cerveau durant des années et des années. Cela concerne la famille, l’industrie, la finance, la politique… C’est-à-dire tout ce que nous « bâtissons ». Aujourd’hui, nous sommes appelés à développer l’hémisphère droit de notre cerveau. Ceci est synonyme de retour aux valeurs.

La spiritualité va être mise à l’honneur. Le 21 décembre 2012 sera un jour important, car il va signifier l’entrée dans une nouvelle ère. Mais quand on parle de cette folle idée de fin du monde, c’est un mensonge !

Nous sommes en train de changer de schéma. Nous allons voir le monde avec un autre regard.

Carole Thizon consulte en cabinet à Biarritz et par téléphone, sur rendez-vous au 06 98 01 86 23 ou au 05 33 47 51 86

Voyance sur besoindesavoir.com

Crédits©C.Thizon

Ajouter un commentaire

Veuillez vous identifier pour commenter cet article (M'inscrire):


En publiant ce message, vous vous engagez à respecter la charte du forum besoindesavoir.com dont vous reconnaissez avoir pris connaissance. Le modérateur se réserve le droit de supprimer tout sujet ou message non conforme à la charte de publication du forum. Merci pour votre contribution !